Le coup de cœur de ma vie : Fruits Basket (2019)

J’ai découvert Fruits Basket en avril (bon, en fait je connaissais déjà le manga de nom, mais je ne m’étais pas encore laissée convaincre, alors merci à ma meilleure amie pour cette découverte du tonnerre). J’ai terminé l’animé en juin. Et ce n’est qu’aujourd’hui, en septembre, que je vous parle enfin du coup de cœur de ma vie… Ne cherchez pas à comprendre, pour tout vous avouer, j’ai passé tout l’été à me remettre de la claque esthétique et scénaristique qu’est Fruits Basket. Honnêtement, si je ne vous convaincs pas d’y jeter un œil à la fin de cette chronique… Remboursez-moi, s’il vous plaît.

  • Fruits Basket (2019)
  • Diffusion : 6 avril 2019 – 28 juin 2021
  • Réalisateur : Yoshihide Ibata
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio : TMS Entertainment
  • Type : Shōjo
  • Genre : romance, fantasy, drame
  • Saisons : 3
  • Épisodes : 63
  • Disponible en Streaming sur : Wakanim
  • D’après : La série de manga écrite et dessinée par Natsuki Takaya

Synopsis :

Tohru Honda, jeune orpheline de seize ans ayant perdu sa mère dans un tragique accident de voiture, vit seule dans une tente sur un terrain vague. C’était sans compter sur la générosité du propriétaire du terrain, Shigure Soma, qui lui propose de l’héberger le temps qu’elle retrouve un logement décent. Tohru se retrouve alors à vivre sous le même toit que la star du lycée, Yuki Soma, mais elle découvrira rapidement qu’un lourd secret pèse sur cette famille maudite.

Mon avis :

Vous aimez la romance et les tranches de vie ? les secrets de famille (et drames familiaux) ? la magie, ou plutôt le fantastique, le surnaturel ? Et plus important encore : la légende des 12 (13 !) signes du zodiaque chinois ? Félicitations, Fruits Basket est fait pour vous !

Pour vous en parler sans trop spoiler – car j’aimerais sincèrement que chacun et chacune d’entre vous qui lira cette chronique et voudra découvrir Fruits Basket le fasse avec toute la surprise que provoque les secrets des Soma -, je peux vous dire que ce shojo est un incontournable du genre, un classique qui a su transcender les générations et faire parler de lui au fil de ses nombreuses adaptions (on parle tout de même d’un manga publié dans les années 1990). Et je comprends enfin l’engouement qu’a suscité, et que suscite encore aujourd’hui Fruits Basket. C’est que son univers, son histoire, son intrigue principale, ses intrigues secondaires, ses personnages, les sujets qu’il aborde, et la manière dont il les aborde, c’est-à-dire avec intelligence et respect, ne peuvent laisser personne indifférent.

La construction narrative de cet animé est absolument époustouflante, et la réalisation qu’en ont fait et la mangaka et le studio d’animation force le respect : dans Fruits Basket, tout repose sur les indices, les secrets, la dissimulation, la tension, les flashbacks, mais in fine, tout est si bien orchestré, chaque intrigue, chaque passif de chaque personnage s’intègre si facilement et si intelligemment à l’ensemble de l’histoire – c’est-à-dire à la malédiction des Soma -, qu’on ne peut qu’applaudir ce scénario.

Plus encore, les personnages, divers et variés, qui nous sont présentés au fur et à mesure des épisodes et des saisons, sont tous si passionnants, si bien écrits car bien développés, intéressants et pertinents quant à ce qu’ils ont à dire aux personnages qui les entourent (leurs ennemis comme leurs amis) mais surtout quant à ce qu’ils ont à nous dire de nous-mêmes et de la société qui nous entoure, de ces sujets tabous qu’il faut rendre enfin publiques : la dépression, l’anxiété sévère, les troubles du comportement, la difficulté de surmonter un deuil, le terrible syndrome de l’imposteur, les drames familiaux, le harcèlement scolaire, la manipulation (aussi bien psychologique que physique), les abus infantiles, l’éducation, la relation parents-enfants, etc. Les personnages, toutes ces voix qui ont de beaux messages à faire passer, sont la raison pour laquelle Fruits Basket est un animé si incroyable : l’histoire ne se cantonne pas à une simple tranche de vie ou à une quelconque romance (même si c’est ce que veut nous faire croire la saison 1) mais bien à la résolution d’un problème épineux, d’un nœud narratif extrêmement intéressant et, bien que fantastique, qui peut parler à tous : la malédiction des Soma, leur lien d’interdépendance et la manipulation psychologique qui en découle fatalement (je vous aime quand même, Akito et Shigure).

Les sujets abordés dans cet animé sont durs, certains épisodes m’ont fait pleurer plus fort que de raison, je me suis reconnue en chacun de la vingtaine – que dis-je ? de la trentaine – de personnages dépeints, et pourtant, je les aime tous à la même hauteur. J’aime la romance, car romance il y a, bien sûr, mais surtout ces belles leçons d’amitié, la preuve irréfutable que certains liens du cœur sont souvent bien plus forts que les liens du sang, bref, les leçons que m’ont apprises Yuki, Momiji (cœur), Kyo (cœur cœur cœur), mais surtout Tohru, l’un de mes personnages préférés, toute œuvre de fiction confondue. Elle est tout ce dont je rêve de voir en chacun des êtres que je rencontre dans cette vie, et tout ce que j’aimerais être ici-bas : une personne aussi lumineuse, mais dotée d’un passif aussi douloureux que le sien, de traumatismes aussi vifs mais aussi habilement enfouis, gérés de sorte à ne gêner personne, et surtout pas les personnes qu’elle aime, ne peut que susciter le respect, et pour elle je tire humblement ma révérence.

En bref, Fruits Basket, c’est un manga, et surtout un animé (2019) que je conseille à toutes et tous, que vous aimiez ou non l’univers du Japon. Je le conseille d’ailleurs encore plus à celles et ceux qui n’ont encore jamais vu d’animés : vous ne pourrez qu’aimer tous ces beaux moments passés avec ces personnages, les nombreux fous-rires de la saison 1, les séquences émotions de la saison 2, et surtout la perfection visuelle et scénaristique qu’est la saison 3 (sérieux j’ai pleuré à chaque épisode) (les révélations sont insane), qui m’a marquée à jamais. S’il vous plaît, laissez les Soma, Tohru, Saki, Arisa, et tous les autres, entrer dans votre cœur. Ils ont des choses à vous dire.

2 réflexions sur “Le coup de cœur de ma vie : Fruits Basket (2019)

  1. Hélène dit :

    Ah oui, Fruits Basket c’est à lire et à voir absolument !! je confirme.
    J’ai fini aussi l’anime cet été et je me suis lancée dans la relecture des manga en parallèle.
    L’anime de 2019 est magnifique. J’avais déjà bien aimé celui de 2001, mais il respectait moins la trame du manga et aujourd’hui il ne tient pas la comparaison avec la version de 2019 tellement celle-ci est magnifique.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s