Les animés que j’ai regardés dernièrement

Comme pour les mangas, j’ai regardé pas mal de films d’animation et d’animés en mai, et comme pour les mangas, je pense que ce sera plus pratique pour moi et plus agréable pour vous de les découvrir dans une seule et même chronique. Cette fois-ci, on est sur une ambiance assez seinen, avec pas mal d’histoires tristes, voire lugubres. Et pour certains titres, préparez carrément les mouchoirs ! C’est parti !

  • Mary et la fleur de la sorcière
  • Sortie : 8 juillet 2017
  • Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio : Ponoc
  • Genre : Animation, amitié, magie
  • Durée : 102 minutes

Synopsis :

Mary, 11 ans, vient de déménager à Redmanor, chez sa grande tante Charlotte. En se promenant dans la forêt, elle découvre « la fleur de la sorcière » qui ne pousse que tous les 7 ans et qui lui permet, pour une nuit, de posséder des pouvoirs magiques et d’accéder à l’école de magie Endor.

On va commencer cette chronique avec quelque chose de doux et léger : Mary et la fleur de la sorcière, film d’animation qui est inspiré du roman de Mary Stewart dont je vous parlais très récemment et que j’avais beaucoup aimé. Cette adaptation reprend fidèlement l’histoire du roman, tout en modifiant certains éléments de l’intrigue afin de rendre les péripéties de Mary et Peter plus faciles à regarder qu’à lire. J’ai donc beaucoup aimé le rendu, l’atmosphère qui m’a vraiment rappelé le livre et même certains de mes films d’animation préférés. Je dirais que le livre et le film se complètent très bien, un peu comme Le château de Hurle et Le château ambulant. Je vous conseille donc ce film pour passer un petit moment tendre et cosy !

  • Death Parade
  • Diffusion : mars 2013
  • Réalisateur : Yuzuru Tachikawa
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio : Madhouse
  • Type : Seinen
  • Genre : Thriller psychologique
  • Saison : 1
  • Épisodes : 12
  • Disponible en Streaming sur : ADN

Synopsis :

L’histoire consiste en une succession de deux personnes qui se réveillent dans un bar à l’ambiance sombre. Sans méfiance, elles ne savent pas encore qu’elles sont entrées dans un jeu mortel. En effet, elles ignorent comment elles ont atterri ici… Decim, le barman, et son assistante leur expliquent alors qu’il va falloir qu’elles jouent à un jeu de bar (fléchettes, bowling, billards, etc.) et mettent leurs vies en jeu afin de peut-être comprendre ce qui leur est arrivé.

Mon avis :

Je m’attendais à avoir un coup de cœur pour cet animé, mais finalement, j’en ressors terriblement frustrée. Frustrée parce que le pitch de départ est intéressant, l’idée de bar/poupées/jugements/jeux dans une ambiance gothique et steampunk est originale, de bonnes idées sont développées tout au long de l’histoire (exemple : le fait de juger la vie d’un homme sur les derniers instants qui ont précédé sa mort ou sur les quelques émotions négatives qui l’animent après qu’on l’ait poussé dans ses derniers retranchements à cause des jeux plus tordus les uns que les autres organisés par des poupées est-il moral ?) mais que, finalement, la fin n’apporte rien à tout cela. Aucun réel enseignement ou message n’est délivré à la fin de l’histoire et j’ai trouvé ça très dommage. Je n’ai pas compris l’intérêt de remettre en question ce système de bar, de poupées et de jugements (de façon pertinente, en plus), puis de monter la tension à ce point dans les derniers épisodes, si c’est pour donner aux spectateurs une fin aussi… banale, insatisfaisante ? Bref, j’ai passé un bon moment, l’opening de cet animé est vraiment iconic, mais ça s’arrête là pour moi et c’est bien dommage…

  • Demon Slayer – Le film : Le train de l’infini
  • Sortie : 19 mai 2021
  • Réalisateur : Haruo Sotozaki
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio : Ufotable
  • Genre : Animation, dar-fantasy, drame
  • Durée : 117 minutes

Synopsis :

Après avoir terminé leur rééducation et entraînement au domaine des papillons, Tanjirō, Nezuko, Zenitsu et Inosuke montent à bord du train de l’Infini afin de rencontrer le pilier de la Flamme, Kyōjurō Rengoku, et l’assister dans sa mission pour éliminer un démon ayant fait plus de 40 victimes.

Mon avis :

Quoi de mieux que retourner au cinéma après des mois et des mois pour voir Demon Slayer ? Quel beau coup de cœur qu’a été ce film ! Je l’ai tellement aimé que je suis allée le voir 3 fois de suite (eh ouais, jamais dans l’abus par ici, je vous le disais déjà dans une précédente chronique) ! Plus sérieusement, je dois vous avouer que, jusque ici, j’appréciais cet animé, j’étais attachée aux personnages et je trouvais l’animation sublime, mais, pour autant, on était loooooin du coup de cœur de certains. J’attendais donc beaucoup de cette suite, et elle m’a tout simplement comblée : l’animation est une fois de plus sensationnelle, les personnages sont encore plus attachants, touchants et profonds que dans la première saison, et j’ai trouvé cette fois-ci l’histoire et les thématiques vraiment plus intéressantes. Même les combats (et les antagonistes !) sont plus passionnants ! Dans ce film, cette suite, on sent à quel point Tanjiro s’est renforcé ; il s’apprête enfin à faire le deuil de sa famille, et j’ai trouvé toute la séquence autour de son rêve/cauchemar absolument magnifique. J’en ai même pleuré. Bref, avec cet excellent film, j’ai vraiment hâte de continuer l’animé, de découvrir le reste des piliers et surtout des antagonistes qui servent Muzan. On se retrouve donc pour la saison 2 !

  • Violet Evergarden / Violet Evergarden : Le film
  • Diffusion : 2018 / Sortie : 19 mai 2021
  • Réalisateur : Taichi Ishidate
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio : Kyoto Animation
  • Type : Seinen 
  • Genre : Drame, romance, guerre
  • Saison : 1
  • Film : 2
  • Épisodes : 13 + 1 OAV
  • Durée du film : 140 minutes
  • Disponible en Streaming sur : Netflix
  • D’après : Les lights novels de Kana Akatsuki et Akiko Takase

Synopsis :

La guerre opposant Leidenschaftreich à l’Empire Gardarik a finalement pris fin après quatre longues années de conflit. Violet, une jeune fille formée dans le seul but de décimer les lignes ennemies, est hospitalisée suite à une violente opération. Après avoir tout perdu, elle se raccroche aux derniers mots du Major, son supérieur hiérarchique, mais sans comprendre leur signification. Se remettant de ses blessures, Violet est adoptée par la famille Evergarden mais ne se sentant pas à l’aise dans sa famille d’adoption, elle décide de commencer une nouvelle vie à CH Postal, une entreprise postale. Un jour, elle assiste par pur hasard au travail d’une «poupée de souvenirs automatiques», une personne qui retranscrit les pensées et les sentiments d’autrui dans des lettres. Intéressée, Violet commence à travailler en tant que poupée de souvenirs automatiques, un métier qui va lui permettre d’aider ses clients et de comprendre les derniers mots de celui qu’elle aimait.

Mon avis :

Violet Evergarden est une série que j’avais envie de regarder depuis si longtemps maintenant. Avec la sortie du film canon, qui suit et clôture définitivement les événements prenant place dans la première saison, disponible sur Netflix, je me suis dit que c’était le moment où jamais de me lancer dans cette histoire. Et quelle claque ! Quel coup de cœur ! C’est assurément un des plus beaux animés que j’ai regardés : absolument chaque seconde de chaque minute de chaque épisode est époustouflant ; je parle de l’animation (la bande-son, les couleurs, les plans), mais surtout de l’ambiance historico-steampunk (les décors, les costumes, l’esthétique générale qui se dégage de l’histoire), des personnages et de leurs histoires, qui m’ont tous profondément touchée (au point que j’ai pleuré à chaque épisode, surtout au 10, si vous l’avez déjà vu, eh bien, vous-même vous savez), et puis, bien sûr, cette intrigue centrée autour de l’évolution psychologique de Violet, qui passe d’une véritable poupée à un être humain à part entière, capable de ressentir des émotions fortes et de l’empathie pour autrui. Le film m’a d’autant plus touchée, il était sublime du début à la fin, et quelle fin, d’ailleurs ! L’histoire d’Ulysse restera gravée en moi très longtemps. Bref, je ne peux que vous conseiller cette magnifique histoire, de rencontrer cette poignée de personnages magnifiques qui, j’en suis sûre, vous toucheront autant que moi. Si vous avez la chance de voir le film au cinéma, foncez ! Il me semble qu’il reste des places dans quelques cinémas. En attendant, moi, j’ai hâte de voir l’OAV et le film disponible sur Netlix, même s’il ne s’agit que de bonus contents.

Une réflexion sur “Les animés que j’ai regardés dernièrement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s