The Promised Neverland, tome 19 – Kaiu Shirai & Pozuka Demizu

Même si la deuxième saison de The Promised Neverland m’a énormément déçue, je suis toujours aussi fan du manga. Du coup, impossible de manquer la sortie de l’avant-dernier tome, le tome 19, qui a été vite lu et pour ma part un magnifique coup de cœur. J’ai hâte de vous en parler en chronique !

  • The Promised Neverland, tome 19
  • Kaiu Shirai & Posuka Demizu
  • 31 mars 2021
  • Editions Kazé
  • 192 pages
  • 6.89 euros

Résumé :

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et soeurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considérent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Mon avis :

Un avant-dernier tome absolument EXPLOSIF ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant apprécié un tome de The Promised Neverland, et je vais vous dire une chose : ça m’avait tellement manqué ! J’ai ressenti la même énergie et la même adrénaline en lisant ce tome 19 qu’en lisant l’arc Goldy Pond. C’est donc du lourd !

Du début à la fin, la tension est à son comble. De plus, le suspense est excessivement bien maitrisée par la scénariste du manga. Tourner chaque planche est presque une torture, tant on a peur de ce qu’elle peut contenir ! Et pas de doutes, avec ce tome, on est servis en rebondissements et révélations. Certains planches sont absolument iconic, notamment parce qu’elles présentent le grand retour de personnages tout aussi iconic ! Je suis encore sous le choc après avoir lu certains retournements de situation !

On sent, avec cet avant-dernier tome, que la fin approche à grand pas, que l’histoire est sur le point de se terminer. C’est pourquoi de nombreux messages sont disséminés ça et là par la mangaka, au sujet de l’univers et de sa cruauté, bien sûr, mais aussi à propos de certains parallèles qu’on peut faire avec notre propre monde, notre propre société, que j’ai trouvés absolument grandioses. J’aime le fait que ce manga ne parle pas seulement de survie et de démons, mais aussi du danger de la corruption, des magouilles politiques et royales, de religion, d’amitié, d’amour : c’est absolument magistral.

Une dernière chose : je vous parlais un peu plus tôt de Goldy Pond (once again), et à juste titre, car une des choses que j’ai le plus appréciées dans ce tome, c’est de voir les personnages de Goldy Pond à nouveau au cœur d’ l’intrigue, les voir se battre avec cette force et cette intelligence époustouflantes et incroyables qui les a caractérisés quelques tomes plus tôt. Et, bien sûr, certaines scènes extrêmement touchants m’ont beaucoup marquée, notamment celle où Oliver déclare que son père, que leur père à tous, a toujours été Lucas (et Yugo, à sa manière). Quand j’y pense, depuis Goldy Pond, ces personnages que j’aime tant (Oliver, Miguel et Gilian, surtout) n’ont pas trop eu l’occasion de briller, et c’est sûrement pour cela que ma hype est un peu (beaucoup) redescendue après le tome 11. Une chose est sûre : elle est bel et bien de retour avec le tome 19 !

Je n’ai qu’une chose à dire : espérons que cela continue avec le dernier tome ! Il me tarde de le lire (même si je suis aussi très triste à l’idée de bientôt dire aurevoir à tous ces personnages que j’ai suivis pendant un an). Je pense d’ailleurs organiser un marathon de lecture spécial The Promised Neverland cet été, afin qu’on puisse tous ensemble (re)lire les 20 tomes de cette incroyable aventure. Je vous en reparlerai en temps en en heure !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s