The Seven Deadly Sins, saison 3

Je l’ai attendue si fort, cette fameuse saison 3 ! Non seulement parce que je suis une grande fan de l’animé et des mangas (et vous devez le savoir vu que je vous bassine avec ça sur le blog et surtout sur les réseaux sociaux depuis un bon moment !), mais aussi parce que j’en ai entendu beaucoup de mal, de cette pauvre saison 3 ! Des explications s’imposent : le studio d’animation a changé entre les saisons 1-2 et 3, et il s’avère que certains choix esthétiques concernant cette nouvelle saison n’ont pas beaucoup plu aux fans. Et moi, après l’avoir enfin vue, cette saison 3, qu’est-ce que j’en ai pensé ? Eh bien, tout d’abord, qu’il faut sacrément se méfier d’Internet ! Allez, sans plus de suspens : retour sur un GRAND cœur de cœur !

  • The Seven Deadly Sins, saison 3The-Seven-Deadly-Sins-Season-4-Key-Visual-723x1024
  • Diffusion : 2014 – en cours
  • Réalisateur : Susumu Nishizawa
  • Pays d’origine : Japon
  • Studio d’animation : Deen
  • Type : Shônen
  • Genre : Action, aventures, heroic-fantasy
  • Saisons : 3
  • Épisodes : 76
  • Film : 1
  • Disponible sur : Netflix
  • D’après : La série de manga écrite et dessinée par Nakaba Suzuki

Synopsis :

Il y a dix ans, un groupe de Chevaliers Sacrés renégats appelé les Seven Deadly Sins s’est rebellé contre les Chevaliers Sacrés, la garde du royaume. Depuis, ils ont disparu et personne ne sait ce qu’ils sont devenus. Un beau jour, une mystérieuse jeune fille s’écroule dans la taverne de Meliodas, un garçon enjoué qui parcourt le monde en compagnie de son cochon loquace. Cette jeune fille n’est autre que la princesse Elizabeth qui désire ardemment retrouver les Seven Deadly Sins. En effet, ce sont les seuls à même de lutter contre les Chevaliers Sacrés, qui ont fait prisonnier le roi et qui asservissent toute la population du royaume. Très vite, elle va découvrir que Meliodas n’est pas un simple patron de taverne mais un guerrier à la puissance exceptionnelle…
 

Mon avis :

Avant de commencer, sachez que des spoilers se cachent dans les parties du texte en rouge. Bonne lecture !

Vous l’aurez compris : j’ai eu un gros coup de cœur pour cette nouvelle saison. Moi qui avait un peu peur de la tournure qu’allait prendre les éventements, vu comment les chose se sont passées dans la saison 2, je n’ai finalement pas du tout été déçue par cette troisième saison. L’histoire avance sacrément bien, les intrigues sont plus intenses et passionnantes que jamais, et surtout – à mon plus grand plaisir -, on est énormément servis en rebondissements, révélations et retournements de situation ! Avec cette saison 3, beaucoup des questions qu’on se pose depuis les premiers épisodes de l’histoire trouvent enfin leurs réponses. De la même façon, certains pans de l’histoire, jusque-là mis de côté ou tout simplement occultés de l’intrigue principale, sont finalement expliqués. Et je dois dire que j’ai énormément aimé en apprendre (enfin) plus sur cet univers. Il faut dire que la Britannia imaginée et réinventée par le mangaka est passionnante ! D’ailleurs, cela n’en finit jamais : on est littéralement plongés au cœur d’une contrée fantastique où règne sans cesse de nouvelles intrigues, mais aussi des guerres et des conflits ancestraux entre les différents clans (dieux, démons, géants, fées et elfes, mages et même humains !).

En somme – et beaucoup le disent déjà -, je trouve que Nakaba Suzuki a su créer un univers extrêmement riche, dense et complexe. Chaque personnage a son rôle à jouer, comme chaque intrigue sert et fait avancer l’histoire au mieux. D’ailleurs, plus on avance dans la saison, et plus les explications et révélations apportées nous confirment que The Seven Deadly Sins est en fait un monumental puzzle à reconstituer pour comprendre l’étendu des mystères et secrets qui composent cet univers de fantasy et d’histoire médiévale (ma passion !). C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai été à ce point happée par cette saison et toutes ces nouvelles péripéties : mon cerveau était en ébullition à chaque épisode (je pense notamment à l’arc Retour dans le passé, qui a été pour moi un véritable coup de cœur). C’était passionnant et stimulant à la fois !

Mais une des choses qui m’a le plus convaincue, c’est la force, l’intelligence et surtout la pertinence avec laquelle tous les personnages présents dans cette saison évoluent. Cette saison m’a d’ailleurs de nouveau prouvé que le mangaka a un don pour travailler efficacement et en profondeur ses personnages. Son univers et son histoire ne laissent jamais place – malgré les apparences, qui sont tout bonnement trompeuses – à un système manichéen et stéréotypé où des « méchants » affrontent purement et simplement des « gentils ». Chaque personnage a en fait une histoire, un passé et un vécu qui lui confèrent un charme, une authenticité et une force incroyables et attachantes. En parlant de ça, comment ne pas citer Gowther, ou encore Drôle, Gloxinia, Monspiet et Derrierie des Dix Commandements ! De surcroît, cette saison 3 m’aura prouvé que la déesse suprême et ses arc-anges ne sont pas plus les gentils que le roi des démons et ses enfants – ou non – démons ne sont les méchants de la Guerre Sainte et de tout Britannia. A ce sujet, le message du mangaka est parfaitement clair dans la Guerre Sainte dont il est question dans The Seven Deadly Sins : les apparences sont (sacrément) trompeuses. Quand je repense par exemple aux révélations concernant Meliodas et Elizabeth – qui est, à ma plus grande surprise, un de mes plus grands coups de cœur de cette saison ! -, ou encore au passé respectif de Gowther, Merlin et Escanor, enfin révélé, et qui dépasse dans les trois cas toutes mes espérances (et quelle Queen, cette Merlin !), je suis littéralement comblée par cette troisième saison !

Ceci dit, je ne peux évidemment pas me permettre de conclure cette chronique sans, quand même, aborder la question de l’animation. Eh bien, ma foi, je m’attendais à pire ! Par exemple, le premier tiers de la saison, qui concerne le Retour dans le passé effectué par King et Diane, est, de mon point de vue, nickel. Je n’ai vraiment rien à dire là-dessus : les images et les couleurs sont tout à fait conformes, selon moi, aux saisons précédentes, et de manière plus large, aux mangas de Nakaba Suzuki. En fait, je dirais que ça commence à se gâter au milieu de la saison, à un moment de l’histoire où beaucoup de combats ont lieu. C’est à ce moment-là que j’ai effectivement trouvé le dynamisme des images et surtout les couleurs choisies et utilisées moins fluides et efficaces. Mais, encore une fois, j’ai trouvé que le niveau remontait bien dans le dernier tiers de l’animé, et que la saison se terminait même par des images sensationnelles. Je pense par exemple à l’épisode 18 qui voit s’opposer Zeldris à Merlin et que j’ai trouvé visuellement très qualitatif, notamment avec ces sublimes vues du ciel. De manière générale, je garde un très bon souvenir de nombreuses scènes de la saison qui m’ont visuellement marquée et émue.

Alors, certes, je préfère dans tous les cas le travail du studio A-1 Pictures. Mais bon, j’ai envie de vous dire, c’est un des plus grands studio d’animation japonaise, qui compte à son actif des animés de renom, tels que Black Butler et Erased. A côté, le pauvre petit studio Deen, nettement moins riche que son concurrent, ne fait évidemment pas le poids. Mais du coup, avec toutes les difficultés que ses membres ont très certainement dû affronter en réalisant cette troisième saison de The Seven Deadly Sins, je trouve qu’il mérite d’être respecté, si ce n’est soutenu. Alors, soyons moins durs avec lui !

En bref, et je pense que vous l’aurez compris, j’ai énormément aimé retrouvé les aventures de Meliodas, Elizabeth, Ban, Diane, King (♥♥♥), Gowther, Merlin et Escanor (pour ne citer qu’eux !). Si l’animation est, certes, un peu en deçà de ce à quoi le studio A-1 Pictures nous avait habitué, j’ai trouvé le contenu tellement efficace que cela n’a en rien gâché l’attente et surtout mon visionnage. Comme je le disais plus tôt, l’histoire avance bien, les intrigues sont captivantes, les révélations sont plus plus incroyables et intelligentes à mesure qu’on avance dans la saison, et enfin, le traitement des personnages est toujours aussi intense et complexe. Chaque personnage a une voix et un message à faire porter, et je pense que c’est ce qui m’a le plus plu, émue et même retournée dans cette saison. Je dois d’ailleurs vous avouer avoir pleuré/pleurniché à chaque épisode ! C’est dire !

Je n’ai qu’une hâte, désormais : regarder la saison 4 ! Pour ceux qui hésitent à continuer cet animé : donnez sa chance à la saison 3 de Seven Deadly Sins. Pour les autres : dans tous les cas, foncez ! Vous ne serez pas déçus (et sinon, les mangas sont toujours là pour « rattraper le coup » !).

4 réflexions sur “The Seven Deadly Sins, saison 3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s