La La Land : l’art à son paroxysme… mon gigantesque coup de cœur ! ♥

Le jour de mon anniversaire, sois il y a quelques jours, je suis allée voir le fameux La La Land. Celui dont tout le monde parlait, le grand gagnant des Oscars 2017. Pour être honnête, je n’avais pas tant envie de le voir au début, à cause de son importante médiatisation (quelque chose que je n’apprécie pas forcément…) mais je me suis finalement laissée tenter et je ne le regrette pas du tout. Je pense qu’il est en passe d’entrer dans mon top de mes films préférés. Retour sur un gigantesque coup de cœur, pour lequel j’ai pleuré à chaude larmes.

  • La La Land169386.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx
  • Damien Chazelle
  • 25 janvier 2017
  • Comédie musciale, romance
  • Américain
  • Avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend

Synopsis :

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions.  De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Mon avis :

Je ne sais vraiment pas comment je vais pouvoir exprimer mon ressenti sur ce film. Ce chef-d’oeuvre, devrais-je dire. C’est le problème avec ces livres ou films qui vous chamboulent tellement que vous n’arrivez pas à trouver de mots suffisamment forts, sur ce que vous en avez pensé, pour leur rendre justice. Je vais essayer en vous disant que c’était une expérience cinématographique bouleversante, poignante, destructrice, incroyable, poétique, magique, artistement parlante, et que ce film est un triomphe absolu.

La-La-Land1.png

Premièrement, l’histoire de La La Land est absolument incroyable. Rien de très original à première vue, deux jeunes artistes cherchent à percer dans leur milieu respectifs, se cherchent, se trouvent, vivent cette histoire d’amour passionnelle, intense, unique, et partent à la conquête de leurs rêves. On a les clichés de la parfaite comédie musicale, de l’univers de jazz et des années folles, mais le résultat est tellement génial ! On est embarqués dans cette histoire folle, jeune, fraîche, et on ressors de la salle…effondrés de devoir déjà quitter cet univers si bien construit, ses personnages, son ambiance, sa musique…

9WEEKENDARTS1COVER1-master768-v3.jpg

Concernant les personnages, ils ne sont que beautés, amour, talents, art. Je les ai trouvés tellement vrais, attachants, forts, humains. Le talent personnifié ! Ils sont drôles, passionnants, passionnés, passionnels, on les aime, on les pleure, on veut chanter et danser avec eux, et arrivé à la fin.. il n’y a pas de mots. Juste magique, époustouflant, magnifique, incroyable, parfait. Parfait. Parfait ! 

la-la-land-makes-its-debut-at-toronto-international-film-festival-2016-4-1.jpeg

Pour finir, il faut que j’aborde le point essentiel de cette chronique, qui traite du point central, capital et majeur de ce film. Du cœur de l’oeuvre… sa réalisation, qui regroupe les décors, les costumes, l’ambiance générale, mais surtout, surtout, la musique et les choix techniques de l’équipe. Leur travail est incroyable. Ils ont réussi à rendre cette histoire, qui peut paraître banale et clichée aux premiers abords, forte, sensationnelle, et magistrale. Les décors sont sublimes, les costumes somptueux, et rendent l’ambiance générale si particulière. On est plongé dans le Los Angeles des années folles, des incroyables années 20. On est en plein cœur de la ville des étoiles, la ville des stars, des talents, des amours. Les images, les couleurs, les acteurs, la musique, les séquences et leur enchaînement, la fluidité de tout ça, tout, absolument tout, nous transporte vers cette décennie perdue, que nous ne connaissons que trop bien, tant elle nous a émerveillé, et continue de nous émerveiller. On suit l’amour de deux artistes talentueux et passionnés, entre les mélodies du bon vieux jazz, et la lumières des projecteurs des plateaux de tournages. N’oublions pas la musique, forte, belle, douce, brutale, tellement entraînante, tellement parfaite, que j’en ai pleuré. C’est ce genre d’art visuel et sonore qui se combinent si parfaitement ensembles que j’en pleure de plénitude face à la perfection de l’art à l’état brute.  C’est beau, c’est vrai, c’est profond, c’est frappant. On ne peut que sortir les étoiles plein les yeux de ce film, lumineux et magique, du début à la fin.

lalaland-danse.jpg

Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous en prie, allez voir La La Land. Si on en parle autant, s’il a remporté tant d’oscars, ce n’est franchement pas pour rien ! C’est l’art à l’état brute, c’est la beauté, c’est l’amour, c’est tout. Pour deux heures de bonheur et de sensations fortes, foncez regarder ce chef-d’oeuvre.

Publicités

3 réflexions sur “La La Land : l’art à son paroxysme… mon gigantesque coup de cœur ! ♥

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s