Bilan du mois de septembre 2016 : un petit mois de lecture…

Durant le mois de septembre 2016, je n’ai pas lu grand chose. Comme le mois d’août, deux malheureuses lectures sont ressorties de ma panne livresque qui, j’en suis extrèmement soulagée, est enfin passée (je suis en pleine lecture d’ailleurs, miracle!). Après un peu de retard, je vous présente les deux livres qui m’ont accompagnés en cette rentrée scolaire 2016…

  • PersuasionIMG_20160908_150052.jpg
  • Jane Austen
  • 1818
  • 10/18
  • 296 pages
  • 7.10 euros

Résumé: 

Depuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu’on lui dicte sa conduite ? Si elle s’est laissé persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Eliott n’est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l’heure n’est pas à l’indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi des convenances et de la vanité de son entourage !

Mon avis (en bref) :

Persuasion a été le rayon de soleil de mon mois de septembre ! J’ai littéralement dévoré et adoré cette histoire. J’aime la plume de Jane Austen depuis Orgueil et Préjugés et j’ai toujours voulu lire ce roman-ci d’elle, je l’ai fait et je n’ai pas été déçue. Il est frais, léger, agréable et très fluide à lire. Les personnages sont terriblement attachants et leurs aventures, aussi passionnantes qu’entraînantes. On voyage beaucoup avec ce roman. La fin est digne de l’auteur et elle ne déçoit pas. A lire impérativement si on aime la plume, les personnages et l’univers austenien !

 

  • Oedipe roi9782253067139.jpg
  • Sophocle
  • 1994
  • Livre de poche
  • 2.80 euros
  • 137 pages

Résumé :

Confronté à une épidémie de peste qui ravage Thèbes, sa ville, le roi Oedipe cherche à connaître les causes de la catastrophe. Au fur et à mesure que la vérité parvient à la lumière, il découvre que le vieillard qu’il a tué à la croisée des chemins avant de délivrer la ville du Sphinx n’était autre que Laïos, son véritable père, alors roi de Thèbes… En épousant la veuve Jocaste, il a donc convolé avec sa propre mère, se rendant coupable d’inceste. Personnage emporté et opiniâtre, Oedipe symbolise la recherche absolue de la vérité, même si celle-ci s’avère fatale.

Mon avis (en bref) :

Je connaissais vaguement la légende d’Oedipe et son histoire mais je ne l’avais encore jamais lue. C’est chose faite dorénavant (car c’est un des livres de mon programme de littérature) et j’ai fortement aimé. L’histoire est, effectivement, tordue, perverse et glauque mais les messages véhiculés et sujets traités sont très intéressants. Les questions à propos du destin, de la fatalité et des péchés sont très bien exploitées. C’est une oeuvre à étudier.

 

Ma panne livresque étant passée, je suis prête à lire tout un tas de livre en ce mois d’Octobre et, si possible, sur le thème d’Halloween !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s