L’âge de glace 5 : la suite de trop…

Il est de ces films d’animation qui, au fur et à mesure qu’ils sont renouvelés par leurs créateurs, perdent considérablement de leur charme. Il y en a même qui deviennent franchement fade et nous font regretter les jours heureux ou leurs studios d’animation s’arrêtaient gentiment à un maximum de 3 volets… c’est très nettement ce que j’ai ressentie pendant l’intégralité de mon visionnage du dernier volet en date des aventures des personnages de L’Age de Glace et je peux vous assurer que c’est bien moi la plus déçue dans l’histoire.

  • L’âge de glace : les lois de l’univers067515.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
  • 13 juillet 2016
  • 1h43
  • Twentieth Century Fox France
  • Mike Thurmeier, Galen T.Chu
  • Animation, famille
  • Film américain

Synopsis: 

L’éternelle quête de Scrat pour attraper son insaisissable gland le catapulte dans l’espace, où il déclenche accidentellement une série d’événements cosmiques qui vont transformer et menacer le monde de l’Âge de Glace. Pour survivre, Sid, Manny, Diego et le reste de la bande vont devoir quitter leur foyer et se lancer dans une nouvelle aventure pleine d’humour au cours de laquelle ils vont traverser d’incroyables paysages exotiques et rencontrer des personnages tous plus étonnants les uns que les autres.

Mon avis :

Que dire de ce cinquième volet ? Il était très mauvais. J’oserais même dire nulle mais étant une grande fan de cette histoire et de ses personnages (des premiers épisodes, on s’entend!), je ne leur manquerait pas de respect.age-de-glace-5-bande-annonce1.jpg

Sincèrement, je suis très triste. Pour tout vous dire, je m’étais arrêtée au deuxième volet de cette saga ciné car je ne sentais pas du tout les deux suites. Selon moi, les créateurs auraient très bien pu, et même largement du, s’arrêter au deuxième volet qui pour moi clôturait merveilleusement bien cette si belle et amusante histoire. Mais non. Comme l’industrie du cinéma n’est plus qu’argent, argent, argent, il a fallut qu’ils nous pondent non pas une ou deux mais bel et bien trois suites, sachant qu’aucune d’elles n’est parvenue à, au moins, égaliser avec les deux premiers films. Je n’ai jamais regardé le troisième, sûrement parce que la bande-annonce ne m’avait pas emballée, et pour le quatrième ça aurait été pareil si c’est seulement on ne me l’avait pas offert en dvd. Je l’ai donc regardé et je l’avais plutôt bien aimé en fait, mais sans plus tout de même. Je n’avais pas autant ris ou sourit que les premiers. Alors en voyant qu’ils renouvelaient le désastre (excusez moi de dire les choses comme elles sont) une troisième fois, je m’étais bien promise de ne pas allée voir ça, préférant me focaliser sur les bons et même très bons (et même excellents aspects des premiers films). Finalement, j’ai dû allée le voir car mon petit frère tenait fermement à voir le résultat et m’a forcée la main. Et la suite vous la connaissez…

Concrètement, qu’est-ce qui ne va pas? C’est long. Affreusement long. J’ai eu l’impression d’être restée deux heures et demi dans cette salle de cinéma alors que non non, le film ne dépasse  bel et bien pas les une heure quarante-cinq minutes. Et pourtant les scènes étaient toutes plus longues les unes que les autres. Je pense particulièrement à celles de Scratch et de son éternelle quête, qui je vous l’avoue, m’a beaucoup lassée dans ce dernier volet. Autant au début, c’est drôle et comique, autant après cinq films et une bonne centaines de paysages explorés et catastrophes provoquées, c’est fatiguant. La blague est passée. Et pour le reste, n’en parlons pas. Pourtant chaque scènes démarrent bien, on pense qu’on va bien rire ou que l’action va nous plaire et finalement les longueurs refont surface. Je peux vous citer les exemples des lamentions de Manny parce qu’il ne veut pas que sa fille chérie se marie ou bien les plans grotesques et lourds de Buck pour sauver l’humanité.

Ce qui est triste, c’est que ces longueurs auraient largement pu être évitées si le scénario des Lois de l’univers était bien et/ou délivrait une petite morale implicite à la fin, comme c’était le cas pour les précédents films. Parce que là on aurait été intrigués, passionnés, impressionnés ou attendris. Alors que dans ce film le scénario est tellement simplet et vide de charme, fade en d’autres termes, qu’on aurait dit qu’un enfant de cinq l’a imaginé, ainsi que les dialogues (mauvais et niais au possible, au passage). Et encore, je suis sûre qu’un enfant aurait su faire preuve d’un petit peu plus d’imagination (que ce soit pour l’histoire, les adjuvants ou les méchants), et aurait su surprendre le spectateur par ses idées… Une histoire de météorites qui tombent du ciel… bof. Leur quête était perchée et le dénouement trop simple et prévisible. Heureusement, la double histoire, celle du mariage des deux enfants mammouths, était un peu lus intéressante dans le sens ou voir les réactions des parents et des enfants n’étaient pas sans aucun intérêt. Mais c’était tout de même léger pour un film de ce genre.

Une des choses qui m’a le plus chagrinées (et qui aurait largement réparé toutes les autres erreur citées si elle avait était présent) c’est l’absence d’humour. Ce film n’était pas drôle, voila, c’est dit. Je n’ai pas ris une seule fois durant la projection. J’ai seulement souris à quelques passages et encore je m’y sentais forcée parce que c’était quand Sid parlait ou faisait le pitre. Sincèrement, que sont devenues les blagues et comiques de situation hilarants du deuxième volets mêlés à l’humour naturels des personnages qu’on découvre dès le premier film ? Ou est-il passé ? Dites le moi si l’apercevez, car personnellement, je le cherche toujours.

Et enfin, le plus gros gros flop de ce film, ce sont les personnages. Entre ceux qui sontundefined_0dca35877a3644d3d72d451b85ec6a1b totalement inutile à l’histoire et au déroulement de l’intrigue (les gentils vers la fin et les méchants qui poursuivent nos héros), ceux qui font offices de pots de fleurs dans le groupe (la copine de Diego par exemple dont je ne me souviens même plus du nom) et ceux qui, encore pire, sont méconnaissables, en mal, où va L’âge de glace Manny m’a agacé au possible, Sid m’a donné mal à la tête par moments et Diego, Diego, mon grand amour de cette saga, m’a terriblement déçu. Méconnaissable, rien à voir avec le sassy tigre qui rembarre tout le monde mais qui est doux à l’intérieur. Non, pouf, envolé (comme l’humour.). Je pense que c’est dû au fait que les créateurs ont fait l’erreur d’accumuler les personnages. A chaque nouveaux films, on en rencontre minimum deux qui vont rentrer dans le groupe et faire qu’au final, nos héros ne sont plus trois ou six mais bel et bien dix. Dix, vous ne rêvez pas. Pas étonnant que certains soient oubliés ou effacés par d’autres…

 

Au final, un film qui part dans des longueurs inqualifiables doté de personnages complètement changés et caricaturés et un humour douteux voir absent, font de ce film un flop. Espérons seulement qu’il était bien le dernier film de la sage L’âge de glace qui, pourtant avait le mérite d’être une très belle, originale et drôle histoire, au début…

 

etoile-300etoile-300

Un déception…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s