Si je reste de Gayle Forman : une petite pépite !

 

Si je reste, c’est un peu comme Nos faces cachées. C’est un livre dont j’ai extrêmement entendu parler dû fait de son importante médiatisation du côté de la scène littéraire comme de la scène cinématographique avec l’adaptation qui a suivi quelque temps après la sortie de ce roman (et avec des acteurs tout à fait honorables, il faut le dire). J’ai donc attendu le bon moment pour me jeter dessus, c’est-à-dire les vacances de décembre. Et WOAH. Je peux vous assurer avec la plus franche honnêteté que c’est le seul et premier mot que j’ai réussi à prononcer à la fin de ma lecture. J’ai tant de choses à dire sur un livre si court alors ne perdons pas de temps, c’est partie !

  • Si je reste 506123 250 400 Si je reste
  • Gayle Forman
  • 2010
  • Pocket jeunesse
  • 6.30 euros
  • 192 pages

Résumé :

Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle. Quand, un jour, tout s’arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture… Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après. Sortir du coma, d’accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? « Si je reste »…

Mon avis :

1. Les personnages: touchants et poignants, tout simplement vrais et beaux

Ce que j’ai tout de suite aimé voir adoré dans ce livre et que je continue à affectionner tout particulièrement c’est évidemment les personnages. Ils sont aussi magnifiques que touchants, poignants mais surtout magistralement beaux. Je parle évidemment de Mia, Adam, Teddy, les parents de Mia, Kate et j’en passe car il n’y a pas de méchant ici, tous les personnages sont merveilleux.

Ils sont tous super bien décrits et conforment à leur caractère et la personnalité qui les façonne. Ce qu’ils font collent avec ce à quoi ils pensent, c’est bien dosé et logique. J’ai adoré la construction et la psychologie des personnages de Mia et de ses parents. C’est ceux dont on apprend le plus et qu’on suit le plus, ils sont si attachants, vraiment je ne trouve pas d’autres mots et je tiens à préciser que leur mort ainsi que celle de Teddy m’a anéantie, littéralement. Aussi bien dès le début du livre alors que je ne les connaissais pas encore tout à fait (ce qui prouve qu’ils étaient dès le début parfaitement bien menés) qu’au milieu, pour Teddy. Mia est tout aussi poignante, je l’ai énormément aimé. C’est une adolescente typique, mais passionnée par quelque chose, par quelqu’un, par la vie et c’est ça qui fait toute la différence. Elle doit se battre pour la vie, et est en proie à mille doute mais je reviendrai sur cet aspect plus tard. Adam quant à lui… Que dire si ce n’est que je suis désespérément amoureuse de lui ? C’est le petit ami parfait, n’importe qu’elle fille aimerait l’avoir. Du début à la fin je l’ai trouvé renversent, c’est le mot. Renversent.

J’ai aimé l’humour et le rôle de tous les autres, de Kate en passant par les potes d’Adam et des parents de Mia. Tout le monde est parfait, je les aime tous tant que ça ne fait qu’accentuer ma peine à l’idée que certains d’entre eux ne restent pas…

 

2. L’alternation entre présent et passé, une forme de narration efficace et originale

Un autre point qui m’a totalement conquise réside bien sûr dans le fait que ce roman arrive, très subtilement et finement, tout en restant logique et concis, à alterner présent (que l’on suit à travers les yeux de Mia à partir de l’accident et de sa journée à l’hôpital)  et passé (raconté toujours par Mia et qu’on suit de ses yeux).

Le présent concerne clairement la journée de Mia au bloc, de son « elle » fantôme qui a la capacité de voirson corps blessé et de voir le monde qui l’entoure à travers les différentes heures de la journée et les avancées de son état. Cette vision est importante puisqu’elle concerne ce qu’il advient d’elle, son évolution et nous indique progressivement ce qu’elle pourrait devenir. C’est le point principal de l’histoire, c’est ce qu’on suit avec ardeur, va-t-elle rester et survivre à ce terrible accident de voiture mais perdre tout et se retrouver orpheline ? Où va-t-elle partir rejoindre les siens ?

Quant au passé, c’est un point particulièrement important de même car il nous permet d’en apprendre sur les personnages, les relations qu’ils entretiennent entre eux (amitiés, familles, amours), ce qui est arrivé dans leur vie, comment se sont-ils connus ou séparés, où des scènes de leur vie (Adam/Mia, Mia/sa famille…). Cet aspect est donc capital car sans lui on ne saurait rien de tout ce petit monde et on serait juste là à espérer que Mia s’en remette et à suivre sa journée sans rien savoir. Il a été plus facile de s’attacher à ces personnages en découvrant leur passé. Le présent ne servait qu’à renforcer l’attachement du lecteur à leur égard. Un mélange extrêmement bien dosé et efficace !

 

3. L’opposition entre le thème de la mort et de la vie…

Pour finir cette chronique, je tiens à parler de ce qui m’a le plus chamboulé : le duel entre la vie et la mort. La manière dont Forman aborde ces deux thèmes et comment elle arrive à jongler avec et à en dégager quelque chose de beau, de fort, de réfléchi et qui fait réfléchir est incroyable.

Tout le livre aborde un point en incluant l’autre et c’est ce que j’ai tant aimé. C’est un livre si intéressant et enrichissant, il nous fait réfléchir sur la mort et la vie d’un point de vue différent de l’ordinaire, c’est-à-dire que l’on se place en tant que fantôme comme Mia l’est dans l’intégralité du livre et on pèse le pour et le contre avec elle: rester, d’accord, mais pourrait-elle supporter d’être orpheline? Partir, mais laisser tous les gens quelle aime et qui sont encore là? Qu’est ce qui en vaut le plus la peine? C’est elle qui doit faire ce choix, en se remémorant ses souvenirs et en prenant en compte les envies de tous ses proches, ceux qui viennent la voir pour la supplier de rester… Et je tiens à préciser que je ne suis pas d’accord avec tous les avis négatifs argumentant en affirmant que Mia est trop passive et que ça nous rend trop neutre face à l’histoire car c’est justement parce que Mia est dans une position spéciale (lentre-deux) quelle ne peut rien exprimer physiquement. Mais au moment où elle reprend possession de son corps, la première chose qu’elle fait est de fondre en larmes. Il faut savoir lire entre les lignes 😉

 

Un livre que j’ai tout simplement adoré, un énorme coup de cœur et que j’ai clairement lu en quelque heures (dans l’avion, oui).

Ob 1fa448 coup de coeur

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s