Marie Stuart, l’incroyable biographie de Stefen Zweig

En reprenant la série Reign, je me suis prise en admiration pour la figure de Marie Stuart, dont le destin tragique m’a rappelé les grandes tragédies grecques ou les romans de chevalerie. Le personnage de Marie Stuart m’a tellement intrigué que j’ai fais des recherches sur sa destinée. J’ai par la suite décidé de lire la biographie qu’en a fait Stephan Zweig. Retour sur un immense coup de cœur ! ♥

  • Marie Stuart 51dsMSzRI9L._SX307_BO1,204,203,200_.jpg
  • Stefen Zweig
  • Livre de poche
  • 6 juin 2001
  • 411 pages
  • 7.30 euros

Résumé :

Reine d’Écosse à l’âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est veuve en 1560. Elle rentre alors en Écosse et épouse lord Darnley, avant de devenir la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Élisabeth Ire, reine d’Angleterre. Celle-ci la retiendra vingt ans captive, avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l’on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique. Sur cette figure fascinante et controversée de l’histoire britannique, le biographe de Marie-Antoinette et romancier de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme a mené une enquête rigoureuse. Ce récit passionné et critique nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

Mon avis :

Marie Suart de Stefen Zweig est un ouvrage complet et très bien expliqué. Riche de détails historiques, il est plaisant à lire, et nous fait comprendre très facilement toutes les complexités de ce siècle « barbare », et du rôle qu’a joué Marie Stuart dans la politique internationale de l’époque.

Comme le dit si bien la quatrième de couverture, on a à faire à un mélange subtil entre « rigueur scientifique [et] intuition romanesque » de la part de l’auteur, le tout retracé par sa plume brillante et passionnée. On sent que le romancier prend à cœur ce qu’il raconte. Les personnages historiques prennent vie sous sa plume, et combattent leur destinée tels des personnages de romans chevaleresques ou de tragédies et d’anciens mythes.

En effet, ce livre se lit comme une pièce de théâtre grecque, avec sa scène d’exposition (la vie paisible de Marie Stuart en France), l’élément déclencheur de l’intrigue (le retour de la Reine en Ecosse et ce qui s’en suit), les nombreuses péripéties (son mariage avec Lord Darnley, sa rivalité avec Elisabeth Tudor, la naissance de son fils…) et enfin, la scène finale, la conclusion, la boucle bouclée, qui aux dernières pages de ce livre, est racontée de la manière la plus tragique et romancée qui soit, au point que l’on quitte ces personnages et la vie de Marie Stuart, anéanti.

Stefen Zweig arrive à nous tenir en haleine avec sa biographie passionnée pour une reine tout aussi passionnée. On ressent toutes les émotions en lisant ce gros ouvrage. La peur, le chagrin, la révolte, la fierté. On suit avec attendrissement cette reine si belle, si attachante, jusqu’à sa toute fin. On est impliqué dans chaque nouvelle intrigue, chaque nouvel élément qui interfère à sa vie et le parcours de la reine. Pour, au final, comprendre, qu‘ »en [s]a fin est [son] commencement ». En finissant le livre, on comprend que la mort tragique et injuste de Marie Stuart n’a fait que l’élever au rang d’immortel, et que cette figure ne pourra jamais plus être souillée, insultée, ou encore moins oubliée. Son intemporalité est maintenant admirée.

Je vous conseille infiniment de vous procurer et de lire ce grand ouvrage historique, si vous souhaitez approfondir votre connaissance sur cette reine, ce siècle, ses complexités et réformes. Enfin, n’hésitez pas à lire les autres travaux historiques de cet auteur, qui en valent tous le détour.

Bilan des mois de Mai/Juin 2017 : quelques lectures

En Mai et Juin, j’ai lu quelques livres que j’aimerais vous présenter. C’est parti !

 

  • Le journal des Faux-Monnayeurs download
  • André Gide
  • L’imaginaire Gallimard
  • 2 juin 1995
  • 140 pages
  • 7.50 euros
Résumé :

Rares sont les écrivains qui, parallèlement au roman qu’ils écrivent, tiennent un journal de leur travail et le publient de leur vivant. C’est le cas d’André Gide avec son célèbre roman de l’adolescence perverse, Les faux-monnayeurs.Le Journal des faux-monnayeurs est le long dialogue de Gide avec ses personnages au fur et à mesure de leur création. C’est ainsi qu’il se familiarise avec l’atmosphère trouble dans laquelle évoluent ses héros : Édouard qui tient son journal, Olivier Molinier, Bernard Profitendieu… Tout au long, Gide apprend à vivre avec eux et il dépasse parfois le cadre du roman proprement dit. Ce Journal, qui est aussi son « cahier d’études», permet de mieux sentir le mécanisme créateur, l’intelligence critique, l’ironie du grand romancier.

Mon avis :

Lecture indispensable pour mieux comprendre le roman perturbant mais intrigant de Gide. Ces quelques pages nous permettent de mieux appréhender les choix de l’auteur concernant ses personnages et ce qui leur arrivent. A lire !

 

  • Calendar Girl, mars51zZtxbaBcL
  • Audrey Carlan
  • Hugo New Romance
  • 2 mars 2017
  • 160 pages
  • 9.95 euros

Résumé :

Avant de s’envoler vers sa prochaine mission, Mia fait un petit séjour à Las Vegas où elle retrouve sa soeur et sa meilleure amie. Elle en profite pour aller rendre visite à son père qui est toujours dans le coma.
Elle a rendez-vous avec son usurier pour lui remettre le deuxième versement, et cette rencontre n’est pas des plus sympathiques ! Mais la voilà à nouveau dans un avion, direction Chicago, pour y retrouver le bel Anthony Fasano, propriétaire d’un restaurant italien.

Mon avis :

J’ai beaucoup apprécié ce troisième tome qui change des autres, tout en gardant le côté attachant des personnages et de cette histoire. Les choix de l’auteur étaient plus originaux, et j’ai apprécié où elle a décidé de nous mener à la fin de ce livre. Pas un coup de cœur, mais une bonne lecture quand même !

 

  • Calendar Girl, avril412ABKJnn9L.jpg
  • Audrey Carlan
  • Hugo New Romance
  • 6 avril 2017
  • 160 pages
  • 9.95 euros

Résumé :

Le premier contact avec Mason Murphy est assez rude ! Le joueur phare de l’équipe des Red Sox est un véritable goujat. Mais il ne connaît pas encore le caractère bien trempé de Mia qui va rapidement le faire changer d’attitude.

Mon avis :

Une petite déception pour ce quatrième tome. Une plume vulgaire, et des nouveaux personnages bien moins attachants que les précédents. L’histoire commence à se répéter, ce que je craignais un peu en commençant cette série. Cependant, je lirais la suite car l’avantage de Calendar Girl, c’est que chaque tome est -plus ou moins- nouveaux, au moins en ce qui concerne les lieux décrits, donc je n’arrêterais pas cette histoire maintenant.

Book-haul du mois de Mai 2017 : quelques achats

En Mai dernier, j’ai effectué plusieurs achats dans le cadre des cours et du bac. Je vous fais un petit points des livres en questions !

 

  • Le journal des Faux-Monnayeurs download
  • André Gide
  • L’imaginaire Gallimard
  • 2 juin 1995
  • 140 pages
  • 7.50 euros
Résumé :

Rares sont les écrivains qui, parallèlement au roman qu’ils écrivent, tiennent un journal de leur travail et le publient de leur vivant. C’est le cas d’André Gide avec son célèbre roman de l’adolescence perverse, Les faux-monnayeurs.Le Journal des faux-monnayeurs est le long dialogue de Gide avec ses personnages au fur et à mesure de leur création. C’est ainsi qu’il se familiarise avec l’atmosphère trouble dans laquelle évoluent ses héros : Édouard qui tient son journal, Olivier Molinier, Bernard Profitendieu… Tout au long, Gide apprend à vivre avec eux et il dépasse parfois le cadre du roman proprement dit. Ce Journal, qui est aussi son « cahier d’études», permet de mieux sentir le mécanisme créateur, l’intelligence critique, l’ironie du grand romancier.

Mon avis :

Lecture indispensable pour mieux comprendre le roman perturbant mais intrigant de Gide. Ces quelques pages nous permettent de mieux appréhender les choix de l’auteur concernant ses personnages et ce qui leur arrivent. A lire !

 

  • Marie Stuart 51dsMSzRI9L._SX307_BO1,204,203,200_.jpg
  • Stefen Zweig
  • Livre de poche
  • 6 juin 2001
  • 411 pages
  • 7.30 euros

Résumé :

Reine d’Écosse à l’âge de six jours, en 1542, puis reine de France à dix-sept ans par son mariage avec François II, Marie Stuart est veuve en 1560. Elle rentre alors en Écosse et épouse lord Darnley, avant de devenir la maîtresse du comte Bothwell. Lorsque ce dernier assassine Darnley, Marie doit se réfugier auprès de sa rivale, Élisabeth Ire, reine d’Angleterre. Celle-ci la retiendra vingt ans captive, avant de la faire condamner à mort. Son courage devant le supplice impressionnera les témoins, au point de métamorphoser celle que l’on disait une criminelle en une martyre de la foi catholique. Sur cette figure fascinante et controversée de l’histoire britannique, le biographe de Marie-Antoinette et romancier de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme a mené une enquête rigoureuse. Ce récit passionné et critique nous la restitue avec ses ombres et ses lumières, ses faiblesses et sa grandeur.

Mon avis :

En reprenant la série Reign, je me suis prise en admiration pour la figure de Marie Stuart, dont le destin tragique nous rappelle les grandes tragédies grecques ou les romans de chevalerie. Le personnage de Marie Stuart m’a tant intriguée que j’ai fais des recherches sur sa destinée. Finalement, j’ai décidé de lire la biographie qu’en a fait Stephan Zweig. C’est un ouvrage complet et très bien expliqué, riche de détails et fourni d’informations historiques. Il est plaisant à lire, et nous fait comprendre toutes les complexités de ce siècle « barbare ». Mélange subtil entre « rigueur scientifique [et] intuition romanesque », le tout retracé par une plume brillante et passionnée. Je vous conseille infiniment de vous procurer et de lire ce grand ouvrage historique, si vous souhaitez approfondir votre connaissance sur cette reine, ce siècle, ses complexités et réformes. Enfin, n’hésitez pas à lire les autres travaux historiques de cet auteur, qui en valent tous le détour. Immense coup de cœur ! ♥

 

  • Le banquet517vxAMhf6L._SX302_BO1,204,203,200_
  • Platon
  • Editions Flammarion (GF)
  • 16 mars 2016
  • 285 pages
  • 2.20 euros

Résumé :

Ils sont allongés sur des lits et parlent de l’Amour et de la Beauté. Leurs discours se succèdent, parfois se répondent : car il y a plusieurs Amours et plusieurs manières de désirer le Beau. A ces hommes vivant en un temps et un lieu où l’éducation des garçons est indissociable de la sexualité qui règle les rapports du maître et du disciple, une étrangère, Diotime, oppose un modèle féminin de la procréation du savoir. A travers elle, Socrate dessine les étapes de l’apprentissage du philosophe capable de se détacher du monde sensible pour devenir «l’amant» par excellence qui guide l’«aimé» dans sa quête du Vrai et du Beau. Par-delà les interprétations prudentes du Banquet que nous a léguées la tradition philosophique, cette traduction invite à une lecture renouvelée du dialogue un Banquet parfois extravagant, à l’image de son objet, d’une richesse stylistique exubérante, souvent cru dans son langage, foisonnant enfin dans sa recherche du bonheur véritable.

 

  • Le malaise dans la culture517x25W-PbL._SX302_BO1,204,203,200_
  • Freud
  • Editions Flammarion
  • 2 septembre 2015
  • 2018 pages
  • 5.90 euros

Résumé :

Essai majeur de S. Freud écrit en 1929. C’est le contrepoint de l’essai L’avenir d’une illusion, écrit en 1927, qui affichait encore l’espérance du règne attendu de la raison scientifique. Il constitue un exemple des remaniements imposés par le tournant freudien de 1920 sur des points essentiels comme l’angoisse, le surmoi, le dualisme pulsionnel et par l’introduction de la pulsion de mort.

 

Reign, saison 2 : une saison explosive ♥

Pour bien commencer les vacances, j’ai repris la saison 2 de Reign. Je m’étais arrêtée à la moitié de celle-ci, et de fut vraiment un plaisir de la reprendre il y a quelques semaines de ça. Retour sur une des meilleures saisons de la série ! ♥

vlcsnap-2014-10-02-13h56m44s131.png

 

  • Reign, le destin d’une reine413715-reign-saison-2-un-depart-et-trois-diapo-1
  • Crée par Laura McCarthy et Stephanie Sengupta
  • 2013
  • Américaine
  • Drame historique
  • 4 saisons

Synopsis : 

La série est basée sur la vie de Marie Stuart, reine d’Écosse, qui arrive à 15 ans à la cour de France du roi Henri II. Elle est fiancée au Prince François. Son avenir ne s’annonce pas comme elle l’attendait. Son mariage est incertain, l’alliance avec la France est fragile, et de nombreux dangers la menacent : intrigue, tentative de meurtre, de viol et la guerre avec l’Angleterre … Elle est accompagnée de ses dames de compagnie: Kenna, Greer, Aylee et Lola.

Mon avis :

reign-saison-3-episode-3-mary-et-francisQuelle saison explosive ! Je sais que j’avais fais une critique très virulente au sujet de la première saison de ce show historique, pourtant je maintiens ce que j’ai dis concernant le début de cette histoire, qui ne m’avait pas beaucoup plus. Les intrigues étaient trop absurdes, l’Histoire passait à la trappe. En revanche, la fin était très bonne, et donnait considérablement envie de regarder la suite. Alors après quelques mois de pause, j’ai repris la saison 2, et je n’ai pas été déçue du tout !

 

reign-saison-2-toby-regbo-se-confie-sur-le.jpg

Le final de la saison précédente nous laissait en suspens complet : Francis fui le château pour retrouver Lola, qui s’apprête à mettre au monde son fils illégitime, et Mary, et le reste de la famille royale, assiégée par une nouvelle épidémie de peste, reste enfermés dans le château, laissant Francis et Lola en danger. Voilà brièvement sur quoi commençait la nouvelle saison. Evidemment, dans Reign, il n’y a pas qu’une seule et même intrigue, de nombreuses péripéties, histoires et intrigues s’entremêlent, se croisent et se décroisent, et forme un nœud qui est éventuellement dénoué à la fin de la saison. 

 

reign-saison-2-sur-the-cw

 

Concernant les intrigues, nous avons été servis. Mais cette fois, le gros reproche que je faisais précédemment semble avoir été retravaillé puisque les différentes histoires que vivent les différents personnages ne sont pas brouillons et ne partent pas dans tous les sens sens. Cette fois, tout est clair, bien pensé, bien ficelé, et les rebondissements rendaient le tout encore plus intense, passionnant et divertissant pour le spectateur, témoin des crimes qui ont lieu au sein du château. 57bddae3519babe8affc87682335ee40.jpgOn commence avec la peste, qui fait son grand retour dans le royaume, plus dangereuse qu’auparavant, puis on continue avec l’impressionnant couronnement de Francis et Mary, une de mes scènes préférées, qui marque le début du règne du couple royal. S’enchaîne les différentes épreuves que vivent les couples royaux ou non, ainsi que la naissance d’autres couples improbables, mais qu’on fini par aimer, et pour finir, une rébellion qui se transforme en guerre contre les Valois. J’ai particulièrement aimé la naissance de nouveaux amour et le final, qui pour moi, donnait encore plus envie de voir la suite que le précédent.

 

reign 5.jpg

 

Ce qui était vraiment bien avec cette saison, c’était de voir la transformation des personnages, toujours accompagné cependant de ce petit coté intrigues à la cour française, qu’on a tout de même beaucoup apprécier dans la première saison du show. Nos personnages préférés ont beaucoup grandis depuis leurs débuts à la cour, Francis, Mary, Bash, Lola, Greer, Leith… on les apprécie toujours autant, car on en découvre davantage sur eux. reign-season-3-saison-3-lord-narcisse-lady.jpgMais ce qui m’a considérablement plus, ce sont les nouveaux personnages qui débarquent dans la série, et dont on ne peut plus se passer après ça. Lord Narcisse, Claude, Louis Condé, Charles… tous sont des personnages que j’ai beaucoup apprécié, ainsi que les autres. Je pense que c’est ce qui rend cette série si attachante, ses personnages qui grandissent et vivent tant de choses ensembles, à la cour, et qu’on finit par ne plus pouvoir laisser.

 

reign-saison-2-mary-et-louis-conde-peuvent

Pour finir, même si c’est, encore une fois, quelque chose que j’ai critiqué, j’ai trouvé cette fois original et même intéressant le choix des costumes et des musiques, en décalage avec la vérité historique. En fait, certaines tenues sont très ressemblantes, mais les réalisateurs choisissent toujours cette petite touche moderne, à l’image de cette série historique. Et concernant les musiques, je les énormément apprécier, comme les précédentes, mais j’étais trop butée par le décalage pour pleinement les aimer. Il ne faut pas oublier que ça reste une série populaire pour un large public, et que la modernité apporte du peps à l’histoire.

 

ob_03c659_re217a-0043b.jpg

 

Je ne regrette pas d’avoir continué cette histoire. Il faut savoir qu’entre temps, je me suis prise d’intérêt, et même de passion pour la vie tragique et romanesque de la reine Mary Stuart. J’ai lu sa biographie en même temps que j’ai visionné cette deuxième saison, et ça a complètement changé mon avis dessus. Je suis passée de spectatrice réticente, à grande fan. J’ai très hâte de vous parler de la saison 3, que j’ai également fini, et qui à mes yeux, et la meilleure du show à ce jour. Foncez regarder Reign !

 

reign-saison-2-mary-et-louis-conde-peuvent

Bilan livresque du mois d’Avril 2017 : un coup de cœur et une déception

En Avril, j’ai lu deux livres, l’un fut un gros coup de cœur, l’autre une grande déception, que je n’ai même pas pu finir. Laissez-moi vous les présenter dans ce bilan livresque.

 

  • Le journal de Mr. Darcy 61T5TeFvlGL.jpg
  • Amanda Grange
  • 2012
  • Milady Pemberly
  • 7.90 euros
  • 408 pages

Résumé :

Quel amateur de Jane Austen n’a pas rêvé un jour de revivre Orgueil et préjugés à travers les yeux de son énigmatique héros ? Dans ce journal, auquel Darcy confie ses sentiments naissants et contradictoires pour la charmante Elizabeth Bennet. Amanda Grange donne la parole à ce personnage au combien charismatique. Un récit teinté de nostalgie mené avec brio.

Mon avis :

Un énorme coup de cœur ! Encore un livre de cet auteur et une réécriture de Jane Austen qui m’a fait chavirer ! L’écriture était très ressemblante à celle de la vraie auteur, et l’histoire originale bien reprise. On comprend enfin les désarrois de Mr Darcy. A lire absolument si vous êtes fan d’Orgueil et Préjugés et que vous voulez en savoir toujours plus sur irrésistible Darcy!

 

  • Loin de tout 61DA7CcYLRL.jpg
  • J. A Redmerski
  • 2014
  • Milady romance
  • 8.20 euros
  • 4810 pages

Résumé :

Un aller simple pour nulle part…

Camryn n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. À vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs et s’y perdre, avec un peu de chance.
C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.

Mon avis :

Une déception. La première moitié du livre était bien, quoique imparfaite, mais à partir de l’autre moitié, l’auteur partait vraiment trop loin. Cette histoire est très clichée, et la plume de l’écrivaine, très simpliste, voir vulgaire par moments. Je ne le conseille pas, car je ne vois pas le but clair de ce livre.

Loin de tout : entre déceptions et désillusions…

Ma deuxième et dernière lecture d’Avril fut Loin de Tout, un roman classé dans le genre New Adult. J’en attendais beaucoup, vu tous les bons avis que j’avais vu sur les réseaux et la blogo. Malheureusement, la magie n’a pas opéré avec moi. C’est une grosse déception, et un livre que je n’ai pas fini…

  • Loin de tout 61DA7CcYLRL.jpg
  • J. A Redmerski
  • 2014
  • Milady romance
  • 8.20 euros
  • 4810 pages

Résumé :

Un aller simple pour nulle part…

Camryn n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. À vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs et s’y perdre, avec un peu de chance.
C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.

Mon avis :

J’ai tellement entendu parlé en bien de ce livre que quand j’ai appris que Milady offraient un exemplaire pour deux ouvrages achetés au Salon du Livre, j’ai joué le jeu. Après un grand coup de cœur pour Le journal de Mr. Darcy, j’espérais sincèrement aimer cette nouvelle lecture, mais malheureusement, ce fut un échec. J’ai même abandonné ma lecture.

Pourtant, j’ai aimé la première moitié de ce livre. Je trouvais les personnages assez attachants, et les idées de l’auteur intéressantes, bien que dès le début, je fus rebutée par la plume quelque peu vulgaire, par moments, de Redmerski. En tant normal, j’aime beaucoup les histoires de roadtrip, et le fait que les deux protagonistes résistent à leur désir, au début, me paraissait être une bonne idée, originale. J’aurais même largement préféré les voir rester amis, car leur conversation n’était pas désagréable à lire, et leur complicité est assez attendrissante.

Malheureusement, une fois la moitié du livre de lu, la lecture perd de son sens à mes yeux. Les clichés s’accumulent, les incohérences aussi, et la plume de l’auteur m’a de moins en moins séduite. Les idées de l’auteur allaient trop loin et j’étais de plus en plus énervée par les personnages, ce qui fait que j’ai abandonné ma lecture.

 

Je ne saurais dire ce qui m’a par dessus tout dérangé avec cette lecture, mais elle m’a rebutée. C’est une déception.

Le journal de Mr. Darcy : une très belle réécriture ♥

Pour commencer les vacances d’Avril, je me suis plongée dans la réécriture d’Orgueil et Préjugés intitulée Le journal de Mr. Darcy, écrite par une auteur que je connais bien maintenant, et qui ne m’a jamais déçue auparavant : Amanda Grange. Reprenant le classique du point de vue exclusif de Darcy, à travers son journal intime, je n’ai pas du tout été déçue par cet ouvrage : c’est un coup de cœur !

 

  • Le journal de Mr. Darcy 61T5TeFvlGL.jpg
  • Amanda Grange
  • 2012
  • Milady Pemberly
  • 7.90 euros
  • 408 pages

Résumé :

Quel amateur de Jane Austen n’a pas rêvé un jour de revivre Orgueil et préjugés à travers les yeux de son énigmatique héros ? Dans ce journal, auquel Darcy confie ses sentiments naissants et contradictoires pour la charmante Elizabeth Bennet. Amanda Grange donne la parole à ce personnage au combien charismatique. Un récit teinté de nostalgie mené avec brio.

Mon avis :

Encore une fois, une réécriture d’Orgueil et Préjugés est un coup de cœur. Ce n’est pas le premier livre de cette auteur que je lis, j’avais donc confiance. Et j’ai eu raison, car encore une fois, la magie a opéré.

Tout d’abord, la plume d’Amanda Grange est très belle, et surtout, ressemblante de celle de Jane Austen. Il n’y a pas d’incohérences dans le langage, le vocabulaire et les expressions sont typiques du XIXe siècle anglais. Cette réalité dans l’écriture était agréable à retrouver, d’autant que l’auteur l’utilise pour faire parler Darcy, et on adore. C’est un personnage qu’on apprécie encore plus que dans l’ouvrage original car on en apprend plus sur lui. On est plus à même de le comprendre car il retranscrit ses états d’âmes.

En effet, j’ai vraiment adoré relire l’histoire d’Orgueil et Préjugés à travers le journal de Darcy, et donc à travers ses yeux et son point de vue. C’était véritablement agréable et même parfois amusant de relire une même scène du livre avec les commentaires et pensées de Darcy d’ajoutées. Et si certaines scènes sont les mêmes que le classique, la majorité de cette réécriture est exclusive et aborde des scènes qui nous sont nouvelles. Amanda Grange a gardé seulement les scènes clés du classique.

Pour finir, les personnages sont toujours aussi attachants, les mêmes que ceux dépeints par Austen, mais dont on apprend toujours plus. Que ce soit Charles, Darcy ou Georgiana, l’auteur ne se contente pas de reprendre ce qu’on a déjà lu. Il y a une réflexion plus poussée pour chaque vie et chaque personnage, notamment la famille de Bingley.

 

Ainsi, Le journal de Mr. Darcy est un ouvrage qui se lit très vite, dont la plume est belle et fluide, dont les personnages sont toujours aussi attachants, et qui nous en apprend plus sur l’énigmatique et charismatique Darcy.

Récapitulatif des évènements livresques de Mars !

J’ai participé à de nombreux événements en rapport avec les livres en mars dernier. Ce mois était définitivement placé sous le signe de la lecture et des livres. Laissez-moi vous résumer, après tout ce temps, ce qu’il s’est passé de beau.

 

  • Rencontre avec Fabrice Midal, au siège de France Loisirs

Au début du mois, j’ai eu la chance de rencontrer pour la deuxième fois l’auteur et philosophe, cette fois ci directement au siège de France Loisirs, à Paris. L’occasion pour Fabrice Midal de revenir sur son ouvrage, sa philosophie de vie, et d’échanger avec ses lecteurs autour d’une sympathique séance de dédicaces. Merci encore à France Loisirs !

20136417_639977722867177_555630863_n.jpg

 

  • Stage d’observation chez les éditions Flammarion

Après mon anniversaire, j’ai effectué pendant une semaine, celle du Salon du Livre, un stage chez les éditions Flammarion. C’était une des meilleures expériences au monde, tellement enrichissante et passionnante. J’ai compris que je voulais travailler dans le milieu éditorial plus tard, en édito ou en presse, telle est la question. Il me reste quelques années pour trouver la réponse. En attendant, j’ai adoré lire des livres, faire des fiches lectures, et participé à une réunion autour des ouvrages manuscrits. Merci à l’équipe Flammarion pour leur accueil si gentil et chaleureux !

 

  • Salon du livre 2017

Pendant mon stage, j’ai participé au Salon du Livre de Paris 2017. C’est un rendez-vous que je ne manque jamais, et comme d’habitude, j’ai adoré m’y rendre cette année. Cette fois-ci, j’y allais tout particulièrement pour l’auteur Jojo Moyes, dont j’ai tout simplement adoré le roman Me Before You. Je lui ai fait dédicacer mon livre et mon DVD. C’est une auteur adorable, souriante et chaleureuse. Sa dédicace m’a fait sourire, et mention spéciale à mon prénom qu’elle a adoré ! Merci à elle pour la photo 🙂

 

  • Petit-déjeuner chez Fyctia

Pour finir le mois, j’ai eu la chance d’être invitée au petit-déjeuner de l’équipe Fyctia, la plate-forme d’Hugo Roman qui publie des auteurs francophones talentueux. L’occasion de parler avec les auteurs et l’équipe, tout ça dans la joie et la bonne humeur, autour d’un bon petit déjeuner. Merci encore à l’équipe et aux auteurs pour leur gentillesse ! On a même pu prendre de belles photos avec le polaroid de l’équipe !

20179788_639977489533867_559936851_n.jpg

Bilan livresque du mois de mars 2017 : quelques belles lectures

En mars j’ai reçu et acheté des livres, mais j’en ai aussi lu. Plaçant ce mois sous le signe de la lecture, je vous les présente dans cet article.

  • Naphara, La malédiction1540-1
  • Maddy Facchin
  • Rebelles
  • 26 décembre 2016
  • 212 pages
  • 13.50 euros

Résumé :

Un démon ne doit jamais tomber amoureux d’une humaine. Naphara en a payé le prix et la malédiction s’est abattue sur sa descendance… Les siècles passent, mais le mauvais sort s’acharne ! Luna, une jeune fille triste et solitaire, fera la connaissance d’Éric, un nouveau venu dans son lycée. Qui est-il ? Pourquoi se rapproche-t-il d’elle ? Que lui veut-il ?

Mon avis :

J’ai reçu ce livre par son auteur personnellement, je l’en remercie encore, sa dédiccae me fait toujours autant plaisir. Je l’ai dévoré ! C’est une histoire originale, très bien écrite, touchante, vraiment très belle, dont j’attends déjà la suite avec impatience ! Bravo à Maddy Facchin pour ce très beau roman 🙂

 

  • Comment les grands de ce monde se promènent en bateau  51ElcVfkICL
  • Mélanie Sadler
  • 2015
  • Flammarion
  • 145 pages
  • 16 euros

Résumé :

Un vieux prof d’Histoire précolombienne, Javier Leonardo Borges, rendu soudain fringant par une mystérieuse découverte ; son collègue stambouliote qui fouine dans les mosquées à la tombée de la nuit ; un manuscrit turc du xvie siècle dans lequel, anachronisme insensé, une déesse aztèque se pavane ; et un sultan, Suleyman le Magnifique, qui confie pour la première fois son terrible secret. Leur point commun ? Être au coeur d’une incroyable supercherie dont la révélation pourrait bien changer notre regard sur l’Histoire officielle. Des couloirs de l’université de Buenos Aires au palais de Topkapi, entre parchemin codé et crypte secrète, Mélanie Sadler mêle avec beaucoup de virtuosité fantaisie littéraire et roman d’aventure. Ce livre emprunte aussi bien à Borges qu’à Hergé dans le seul dessein de nous mener tous sacrément en bateau.

Mon avis :

Je n’avais pas du tout l’intention de lire ce roman, et finalement, il a été un grand coup de cœur. Très intéressant, intrigant, abordant l’Histoire de manière drôle et originale, je ne peux que vous le conseillez, si vous voulez comprendre comment les grands de ce monde vous mènent en bateau !

 

  • Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre 41jEi3SRdML._SX319_BO1,204,203,200_
  • Fabrice Midal
  • Flammarion / France Loisirs
  • 16.90 euros
  • 181 pages

Résumé :

Cessez d’obéir – Vous êtes intelligent
Cessez d’être calme – Soyez en paix
Cessez de vouloir être parfait – Acceptez les intempéries
Cessez de rationaliser – Laissez faire
Cessez de vous comparer – Soyez vous-même
Cessez d’avoir honte de vous – Soyez vulnérable
Cessez de vous torturer – Devenez votre meilleur ami
Cessez de vouloir aimer – Soyez bienveillant

Mon avis :

Un ouvrage très libérateur, nous expliquant pourquoi il faut à tout prix se foutre la paix. Bien écrit, bien mené, et bien expliqué, ce petit livre vous suivra partout, dans les moments importants de votre vie.

 

Book-haul du mois de mars 2017 : craquage livresque ! ♥

A partir du mois de mars, j’ai recommencé à me procurer quelques livres. Mieux vaut tard que jamais, je vous les présente dans ce petit book-haul. Les deux premiers proviennent du stage d’observation que j’ai effectué avec Flammarion, et le reste du Salon du Livre !

 

  • Comment les grands de ce monde se promènent en bateau  51ElcVfkICL
  • Mélanie Sadler
  • 2015
  • Flammarion
  • 145 pages
  • 16 euros

Résumé :

Un vieux prof d’Histoire précolombienne, Javier Leonardo Borges, rendu soudain fringant par une mystérieuse découverte ; son collègue stambouliote qui fouine dans les mosquées à la tombée de la nuit ; un manuscrit turc du xvie siècle dans lequel, anachronisme insensé, une déesse aztèque se pavane ; et un sultan, Suleyman le Magnifique, qui confie pour la première fois son terrible secret. Leur point commun ? Être au coeur d’une incroyable supercherie dont la révélation pourrait bien changer notre regard sur l’Histoire officielle. Des couloirs de l’université de Buenos Aires au palais de Topkapi, entre parchemin codé et crypte secrète, Mélanie Sadler mêle avec beaucoup de virtuosité fantaisie littéraire et roman d’aventure. Ce livre emprunte aussi bien à Borges qu’à Hergé dans le seul dessein de nous mener tous sacrément en bateau.

Mon avis :

Je n’avais pas du tout l’intention de lire ce roman, et finalement, il a été un grand coup de cœur. Très intéressant, intrigant, abordant l’Histoire de manière drôle et originale, je ne peux que vous le conseillez, si vous voulez comprendre comment les grands de ce monde vous mènent en bateau !

 

  • Décapage 81W31pKLeNL.jpg
  • Auteurs Flammarion
  • Flammarion
  • 15 euros
  • 173 pages

 

 

  • Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre 41jEi3SRdML._SX319_BO1,204,203,200_
  • Fabrice Midal
  • Flammarion / France Loisirs
  • 16.90 euros
  • 181 pages

Résumé :

Cessez d’obéir – Vous êtes intelligent
Cessez d’être calme – Soyez en paix
Cessez de vouloir être parfait – Acceptez les intempéries
Cessez de rationaliser – Laissez faire
Cessez de vous comparer – Soyez vous-même
Cessez d’avoir honte de vous – Soyez vulnérable
Cessez de vous torturer – Devenez votre meilleur ami
Cessez de vouloir aimer – Soyez bienveillant

Mon avis :

Un ouvrage très libérateur, nous expliquant pourquoi il faut à tout prix se foutre la paix. Bien écrit, bien mené, et bien expliqué, ce petit livre vous suivra partout, dans les moments importants de votre vie.

 

  • Le journal de Mr. Darcy 61T5TeFvlGL.jpg
  • Amanda Grange
  • 2012
  • Milady Pemberly
  • 7.90 euros
  • 408 pages

Résumé :

Quel amateur de Jane Austen n’a pas rêvé un jour de revivre Orgueil et préjugés à travers les yeux de son énigmatique héros ? Dans ce journal, auquel Darcy confie ses sentiments naissants et contradictoires pour la charmante Elizabeth Bennet. Amanda Grange donne la parole à ce personnage au combien charismatique. Un récit teinté de nostalgie mené avec brio.

Mon avis :

Un énorme coup de cœur ! Encore un livre de cet auteur et une réécriture de Jane Austen qui m’a fait chavirer ! L’écriture était très ressemblante à celle de la vraie auteur, et l’histoire originale bien reprise. On comprend enfin les désarrois de Mr Darcy. A lire absolument si vous êtes fan d’Orgueil et Préjugés et que vous voulez en savoir toujours plus sur irrésistible Darcy!

 

  • Le journal du capitaine Wenthworth 716b3lKPCbL.jpg
  • Amanda Grange
  • 2013
  • Milady Pemberly
  • 7.90 euros
  • 333 pages

Résumé :

Un régal pour tous les fans de Jane Austen. « J’ai enfin admis ce que, je crois, je savais depuis le début : je suis toujours amoureux d’elle. Je n’ai jamais cessé de l’aimer. En huit ans, je n’ai jamais vu son égale, parce qu’elle n’a pas d’égale ». Lorsque Frederick Wentworth, promis à une brillante carrière dans la Marine, et Anne Elliot se rencontrent, ils tombent amoureux et se fiancent. Mais la marraine de la jeune femme la persuade de mettre fin à cette union. Des années plus tard, après être devenu capitaine et avoir fait fortune, Wentworth la retrouve. Il s’aperçoit très vite que ses sentiments pour Anne n’ont pas changé. Elle est toujours belle et pleine d’esprit. La vie leur accordera-t-elle une seconde chance ?

 

  • Loin de tout 61DA7CcYLRL.jpg
  • J. A Redmerski
  • 2014
  • Milady romance
  • 8.20 euros
  • 4810 pages

Résumé :

Un aller simple pour nulle part…

Camryn n’a jamais voulu se contenter d’une petite vie tranquille. À vingt ans, alors qu’elle croit que son avenir est sur des rails, elle perd son petit ami dans un accident de voiture. Tout s’écroule. Cédant à un élan irrésistible, la jeune fille décide de tout plaquer pour aller voir ailleurs et s’y perdre, avec un peu de chance.
C’est alors que son chemin croise celui d’Andrew, vingt-cinq ans, qui n’a pas été épargné par la vie lui non plus. Ces deux paumés font route ensemble et retrouvent ce qu’ils cherchaient sans le savoir : l’espoir. Camryn se sent vivre plus intensément depuis qu’elle a rencontré ce compagnon de route audacieux, drôle et incroyablement séduisant. Ce road trip improvisé marque le début d’une nouvelle existence exaltante. Mais l’insaisissable Andrew cache un secret qui pourrait faire de ce voyage le dernier.

Mon avis :

Une déception. La première moitié du livre était bien, quoique imparfaite, mais à partir de l’autre moitié, l’auteur partait vraiment trop loin. Cette histoire est très clichée, et la plume de l’écrivaine, très simpliste, voir vulgaire par moments. Je ne le conseille pas, car je ne vois pas le but clair de ce livre.